Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole



99 logements, bureaux et locaux commerciaux
ZAC boulevard de la Baule. Ilot 5
Saint Herblain, France
2016
concours restreint
pour Nantes Métropole Habitat, ADI
Armelle Goyon, chef de projet chez SATHY
avec La forme et l'usage, Oteis Isateg
images : Artefactory

Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole Architecture Logements collectifs Saint Herblain Nantes Métropole

A la rencontre du Preux

Implanté le long d’une voie urbaine d’envergure, le projet répond à un double enjeu : inaugurer et structurer la constitution d’un boulevard urbain d’une part, et s’insérer dans un quartier remarquable - le quartier du Preux, cité jardin des années 1970 rattrapé par le phénomène de métropolisation.
S’il répond à l’enjeu d’extension de la métropole, le projet permet également de mettre en relation et de désenclaver le Preux avec les quartiers alentours et les transports collectifs.

La richesse du projet réside ainsi dans sa capacité à engager une délicate négociation avec les éléments externes et internes au site, à dialoguer et s’insérer avec et entre l’existant, le déjà là et le projet à venir. Il s’agit de construire tout en préservant les qualités de vie existantes ensoleillement, espaces verts, lieux de rencontre) déjà inhérentes au site.

Première opération construite de la ZAC du boulevard de la Baule, le projet constitue une porte d’entrée de Nantes assurant la transition entre le périphérique et le boulevard urbain. L’angle ouest de l’opération bénéficie ainsi d’un traitement particulier et s’érige comme une figure de proue, bâtiment appel du projet dont l’arrondi répond à celui de la tour de la radio et introduit le commencement du boulevard. Le front bâti se poursuit ensuite de manière discontinue dans une ondulation parallèle au boulevard permettant d’adoucir sa frontalité, de mesurer les nuisances sonores et de favoriser des orientations multiples. Appuyé sur un socle de commerces et de bureaux interrompu par une faille principale, ce front bâti se constitue ainsi en trois émergences indépendantes correspondant aux différents bailleurs et typologies de logement.
Au sud, côté jardin, une variation de typologies intermédiaires et collectives réinterprète les caractères du Preux (ardoise, toiture en pente) dans un épannelage progressif vers les maisons du Preux. Les déclinaisons de langages architecturaux, le jeu des typologies et l’attention particulière apportée au paysage permettent ainsi d’organiser l’îlot et de constituer un ensemble unitaire tout en différenciant les bailleurs.