concours logement syndicat urbanisme architecture



ICA
Initiative Collective Ajustée
Le logement en questions - le syndicat d'architecture
2018
concours

concours logement syndicat urbanisme architecture concours logement syndicat urbanisme architecture concours logement syndicat urbanisme architecture concours logement syndicat urbanisme architecture concours logement syndicat urbanisme architecture concours logement syndicat urbanisme architecture concours logement syndicat urbanisme architecture

ICA-Initiative Collective Ajustée

Le logement collectif est devenu un produit standard qui se décline selon une grille figée, celle du T1, T2, T3... Sans que l’offre immobilière ne se diversifie, les manières d’habiter et les formats familiaux ne cessent pourtant d’évoluer.
À cela, s’ajoute l’augmentation du prix de l’immobilier dans les métropoles qui contraint les moins argentés à s’accommoder d’aménagements précaires pour satisfaire des besoins d’intimité ou de rangement. Quant aux ménages fortunés, l’offre est réduite en dehors des typologies classiques, les forçant à anticiper des travaux dès l’acquisition de leur logement ou à s’éloigner vers des biens « atypiques ».
Enfin, le terme collectif au sein de la production actuelle de logements n’illustre pas la volonté d’offrir des espaces d’appropriation où vivre ensemble. L’usage des espaces collectifs se limite souvent aux circulations mal éclairées et aux halls d’entrée exigus.

Le logement participatif s’adresse aujourd’hui à un public averti et volontaire. Nous pensons qu’il est temps d’engager la démocratisation de cette pratique. Un accompagnement simple et accessible pour les acquéreurs, qui encadre et maîtrise les désirs de chacun est nécessaire, tout comme une architecture flexible capable d’accueillir une programmation singulière et évolutive.

Dans ce contexte, nous proposons un processus qui inclut les acquéreurs dans la conception de leur logement en adéquation avec leurs besoins et les moyens financiers dont ils disposent. Ils s’organisent en société d’autopromotion et sont accompagnés par la ville qui propose une parcelle ainsi qu’une équipe de conception-construction suite à un appel à manifestation d’initiative.

Chaque propriétaire achète donc une surface « sur mesure » au m² près. Chaque logement est donc unique. L’objectif est d’introduire au sein d’une même unité d’habitation une mixité de profils d’habitants qui désirent adapter leur logement à leurs besoins et non l’inverse.
À partir d’une structure invariable qui permet un plan et une façade libre, les espaces privés s’organisent autour de l’espace commun à chaque niveau dont la taille varie selon les envies des habitants. Le gabarit du bâtiment peut s’ajuster selon le contexte et la situation urbaine de son implantation.

Du désir d’altérer les automatismes liés à la fabrique du logement collectif standard nait la volonté de proposer des espaces mutualisés pouvant accueillir des services, des lieux de rencontres, des espaces utiles et capables. À chaque niveau, ils accueillent des programmes variés définis en concertation avec les habitants et absorbent les aléas de la répartition des surfaces privées.

Cet habitat participatif nécessite une gestion spécifique de l’immeuble : une copropriété autogérée poursuit le processus de co-conception. Des systèmes énergétiques permettent de réduire les charges des habitants (panneaux solaires, jardins d’hiver), une fabrication en série des modules de façade (panneaux vitrés ou panneaux bois) limite le temps et le coût de construction. Les espaces communs peuvent participer à générer des revenus afin de financer leur entretien et leur aménagement.

Cette nouvelle démarche d’Initiative Collectif Ajustée (ICA) s’ancre dans un contexte actuel, où l’architecture prend un compte la spécificité des modes de vie des habitants et répond à leurs besoins de sociabilité.