Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture



The Strip, from reality to possibilities
"La ville adaptable #2"
Barreiro, Portugal
2015
concours
projet sélectionné
Europan 13
avec Helena Hiriart
et Marine de Froberville

Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture Europan 13 Barreiro Portugal Urbanisme Architecture

Strip = Processus

Le projet Strip a un début, mais il n'a pas de fin. C'est un processus qui tire de la réalité du site pour créer de nouvelles opportunités d'usages qui se développent et se transforment au fil du temps. Cette évolution s'adapte aux variables extérieures: financières, économiques, sociales, immobilières ... Ce qui est illustré ici est une des versions possibles du Strip. La métropole, la ville, les habitants, les associations et les investisseurs peuvent le façonner en fonction des opportunités et de la façon dont ils s'entendent pour répondre aux besoins communs.
La Maison du Projet peut s’inscrire comme la première étape institutionnelle. Un espace de démocratie où les autorités, les associations, les habitants et les investisseurs privés peuvent collaborer pour concevoir le Strip et le faire évoluer en fonction de leurs besoins.

Événement de lancement

La première matérialisation de la bande est une zone peinte au sol, financée et réalisée collectivement. A partir de ce moment, le Strip existe comme un espace. Il peut ensuite être construit avec des matériaux durables, même si ce n'est pas une condition préalable au démarrage du projet.

Croissance de la bande et temporalité

Au début, les aménagements nécessitent peu d’investissement : les terrains de sport sont peints au sol, quelques commerces mobiles occupent des emplacements de stationnement, un petit marché s'installe pour permettre aux voyageurs d'acheter des marchandises sur le chemin du travail.
Ces utilisations se chevauchent dans le temps.
Un même espace peut accueillir plusieurs fonctions au cours d'une journée. Peu à peu, le Strip devient un espace actif où des programmes se développent. Il s'étend ensuite temporairement à des emplacements de stationnement, des anciens rails ou des emplacements de gare d'autobus pour articuler des événements ponctuels.
Cette attractivité fait appel aux investisseurs privés, qu'il s'agisse d'entrepreneurs ou de sociétés locales. En temps voulu, certaines de ces extensions deviennent plus vivaces. Le Strip transforme lentement l'ensemble du site.

Programmes connectés

Le projet suggère des programmes qui fonctionnent les uns avec les autres. À l'échelle d'une journée ou d'une semaine, des duos dynamiques permettent différents usages au même endroit à différents moments : un marché aux puces ou un cinéma drive-in sur un parking partiellement vide, un centre de remise en forme qui se transforme en une nuit Club. Cela permet au site d'être constamment actif tout en offrant des usages qui s'adressent à l'ensemble des habitants.
Une pépinière fournit des arbres et des plantes qui contribueront à transformer l'ancien site ferroviaire en un parc, une partie de ce parc se transforme en un camping bon marché à proximité de Lisbonne pour l'été. Le site devient alors un site de production urbain répondant aux besoins de demain.

Financement et participation

Des moyens de financement complémentaires sont combinés et coordonnés par la Maison du projet pour faire prospérer le Strip . Les fonds publics sont utilisés pour consolider les aménagements et différents partenariats sont créés pour l'améliorer. Des actions de collaboration limitent l'investissement financier public et donnent une autonomie au projet. Le cofinancement permet l'interaction de plusieurs partenaires locaux et régionaux.

Les folies

La folie des jardins et des parcs.
Le terme «folie» est apparu au XVIIIe siècle pour décrire de petites constructions dans les jardins anglais ou français. Il fait alors allusion à des constructions souvent excentriques consacrées à l'ornementation et aux loisirs.
Ponctuations adaptables du Strip.
Sur l'espace ouvert partagé du Strip, les folies suivent cette tradition. Uniformes dans les matériaux et leur langage, basées sur une grille de 5x5 mètres, les folies ponctuent le Strip en offrant une variété d'espaces (en taille, hauteur, opacité, ouverture). Divers programmes à petite échelle peuvent avoir lieu selon leurs contraintes, et animer le Strip: un café ou une boutique, un kiosque à journaux, des toilettes ou des vestiaires, des espaces de travail ... La neutralité de l'espace permet une constante évolution dans le temps: si un programme disparaît pour des raisons économiques, logistiques ou sociales, un autre peut prendre sa place.
Une contribution à l'espace public.
En plus du principe de flexibilité de la folie traditionnelle, le projet met en œuvre une autre règle: chaque folie doit contribuer à la bande en offrant un espace qui peut être utilisé 24/7, même si le programme est fermé. Il peut s'agir d'un toit abritant, d'une cour, d'une plate-forme d'observation vers le paysage, d'un écran pour la projection d'un film en plein air, d'un jardin à un arbre, d'un plan d'eau, d'une scène
Un modèle durable
Économiquement, ces folies sont autofinancées puisqu'elles sont louées à des investisseurs privés. Par conséquent, ils apparaissent plus tard, après la consolidation du Strip, et leur nombre augmente dans le temps tandis que le site devient de plus en plus attrayant. Le loyer paye la construction et l'entretien des folies. La Maison du Projet est en charge de leur gestion.