Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture



Site.toi.tion
"Habiter les toits"
Bordeaux, France
2014
concours
Agora Biennale d'architecture

Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture Agora habiter les toits 2014 Bordeaux Architecture

Une démarche de situations

La perspective de construire sur les toits de Bordeaux permet l’observation de la diversité et du potentiel de chaque situation remarquable. En effet, ces territoires qui composent la ville se différencient par leurs typologies, leurs programmes, leurs habitants, leurs statuts et autres caractéristiques. Ces potentiels urbains, vecteurs de richesse nécessitent aujourd’hui une mise en lumière. La ville de Bordeaux qui tend à croitre ne se limite plus à son image figée et limitée par le permettre UNESCO qui la définit comme un noyau solide, dense et homogène, aux qualités architecturales indiscutables. Prochainement « ville millionnaire », la métropole s’enrichit à mesure du temps de ses différentes entités.
La démarche est ici celle de l’échantillonnage et a pour ambition de donner à voir un aperçu des richesses typologiques qui sont offertes aux bordelais au-delàs des limites matérielles et immatérielles qui ont été fixées. Petit inventaire non exhaustif de situations exceptionnelles et/ou banales, mais toutes remarquables, il s’agit de mettre en évidence les opportunités de mutations possibles. Dépasser le périmètre UNESCO, c’est porter un regard sur l’ensemble de la métropole et apprécier ses différences pour mieux les soutenir.

Le toit comme espace commun

Le toit fait appel au rapport avec le ciel, au grand paysage urbain. Pourtant, rares sont ceux qui s’offrent aux habitants. Technique, sécurité, accessibilité sont autant d’obstacles qui freinent l’ouverture de ces espaces qui sont pour la plupart le trésor de certains privilégiés ou fruit d’opportunités insolites. La ville se divise selon ses possibilités d’accès : Le sol se définit le plus souvent par un espace public, les logements par la sphère du privé et enfin les toits très peu utilisés, n’accueillent qu’une minorité ou souvent personne. Comment intervenir alors sur ces toits et permettre ainsi au plus grand nombre de saisir l’opportunité d’agrandir son espace de vie, profiter d’un cadre privilégié et ainsi d’améliorer ses usages ? Si chaque situation est différente, « l’espace commun » devient l’origine d’un programme unificateur, mêlant la sphère publique aux aspirations personnelles. Cette nouvelle valeur du collectif, à cheval entre l’espace public et l’espace privé, permet d’impulser une vie à plusieurs et assure une situation pérenne de ces espaces.

5 cas d’étude

Parmi la multitude de situations urbaines dites « capables » qu’offre la ville de Bordeaux, cinq situations sont retenues pour leur différence, leur localisation, leur usage, leur type, propice à l’occupation des toits. Ainsi, la valorisation mutuelle des différents sites permet d’amorcer un processus de développement des toits et ainsi commencer une nouvelle strate de narration de la ville. Un îlot du quartier Saint-Augustin, les barres de logements du Grand Parc, le parking Victor Hugo, les chais sur les quais des Chartrons et le tissu historique du centre-ville deviennent les supports de propositions de projet. Les enjeux programmatiques, écologiques, économiques, sociaux, ainsi que la question des acteurs, de l’accessibilité, de la faisabilité sont les points majeurs sur lesquels s’appuient ces réponses formelles adaptées à chacun de ces cas.